3 dangers du vin sans alcool

Dernière mise à jour : 23 mars


verres accrochés par le bas en train de sécher dans un bar

Se passer du vin peut être assez dur en cas de grossesse ou d'arrêt forcé pour une autre raison.

Le sucre disparaissant avec la fermentation, beaucoup de gens pensent que le vin sans alcool est très sucré et donc néfaste.


Nous allons donc passer en revue tous les types de risque liés au vin sans alcool aujourd'hui pour que vous puissiez avoir une alternative au vin classique ou tout simplement arrêter d'en boire car cela peut être très néfaste pour votre santé...


1. Une fausse bonne idée pour les personnes qui souffrent d'alcoolisme

Vous auriez pu penser que les vins dits "sans alcool" représentaient une solution toute trouvée pour les personnes qui souffrent d'alcoolisme mais c'est en fait très loin d'être le cas.

Ces boissons sont en effet des vins classiques qui sont ensuite "désalcoolisés" mais ils ne le sont pas totalement puisqu'ils contiennent en moyenne 0,3 % d'alcool, le 0,0% n'existe pas.


Ils sont donc déconseillés aux personnes ayant déjà des problèmes d'alcoolisme car cela ne va faire que leur donner envie d'alcool plus fort.

La présence d'alcool peut en effet "restimuler" les récepteurs sensibles à l'alcool dans le cerveau et les problèmes vont alors repartir de plus belle.


Le fait d'avoir en bouche le goût de quelque chose qui leur rappelle le vin qu'ils connaissent et de sentir l'odeur n'est également pas positif selon les spécialistes (c'est donc la même chose pour les bières sans alcool).

Ces vins sont donc plutôt fait pour d'autres types de population tels que les femmes enceintes comme nous l'expliquerons dans la suite de l'article.


Soyez toutefois très vigilant sur ce que vous achetez car la législation européenne tolère l'appellation de "vin sans alcool" pour tout vin dont le degré d'alcool est inférieur à 7 %, ce qui reste un degré plutôt élevé et qui peut s'avérer dangereux si vous ne devez vraiment pas consommer d'alcool, attention donc à ne pas se tromper.


2. Ne pas oublier le sulfite

femme en short et débardeur assise sur son lit en train de se tenir le ventre à cause de douleurs

La teneur totale en sulfite (ou dioxyde de soufre) varie d’un vin à l’autre et c'est également valable pour les vins sans alcool.

Les vins blancs varient par exemple de 106 à 195 mg/l (25 mg/l pour le vin biologique) et les vins rouges de 39 à 171 mg/l (10 mg/l pour le vin biologique). Le sulfite a un effet antimicrobien et inhibe l'oxydation du vin, ce qui permet d'allonger sa durée de conservation.

C'est la raison pour laquelle il vaut mieux consommer le vin sans alcool lorsqu'il est encore jeune, (dans les trois ans qui suivent sa production) et il est déconseillé de le garder longtemps.


Le sulfite devient en effet de plus en plus présent avec le temps, et en quantités excessives, le sulfite affecte le goût du vin mais peut aussi provoquer nausées, maux de tête et même des problèmes digestifs ou des réactions allergiques chez les personnes hypersensibles.

3. Attention à l'excès

Le vin sans alcool est environ trois fois moins calorique que le vin classique et n'a pas tous les effets néfastes de l'alcool que l'on connaît (ivresse qui nous met en danger, problèmes de foie...), cela peut donc laisser penser qu'on peut le consommer sans limites mais ce n'est pas le cas.


Un litre de vin sans alcool contient tout de même 150 à 300 calories, autrement dit, vaut mieux éviter de dépasser les 3/4 verres car ces calories qui ne vous apportent aucun sentiment de satiété pourraient sinon s'accumuler dans votre corps et finirait par vous faire grossir.

Il faut également se méfier de la teneur en sucre de ces boissons, elle varie entre 15 g/l et 65 g/l.