4 bonnes pratiques de recyclage à adopter

Dernière mise à jour : 1 nov.


trois enfants en train de s'amuser en mettant des bouteilles en plastique dans une poubelle recyclable

Du papier aux bouteilles (en verre ou en plastique), les déchets de nos poubelles sont recyclables, et notamment en entreprise.

Il est même possible de recycler le polystyrène ou les vêtements aujourd'hui.


Nous allons faire un petit point dans cet article pour savoir quelles sont les bonnes pratiques au-delà des petits logos et sigles qui nous permettent de nous assurer que nos déchets sont réellement recyclés quand cela est possible et donner quelques astuces pour changer son mode de consommation.

J'espère que vous êtes prêt, on démarre maintenant !


1. Le plastique, un véritable fléau

Vous pensez peut-être qu'en mettant vos déchets plastiques dans la poubelle jaune vos déchets plastiques sont systématiquement recyclés, mais cela est un peu plus complexe en réalité.

Il n'y a en fait qu'à peine 1/4 des plastiques qui est recyclé actuellement en France.

Cela s'explique en partie par le fait que sur les sept types de plastique existant, un seul, le PET peut vraiment être réutilisé.


Les autres ne le sont pas pour des questions de manque de connaissance technique ou de rentabilité.

La contamination au sein des poubelles destinées au recyclage est un grand défi et le design des objets peut parfois être un obstacle supplémentaire.


Ainsi, le plastique noir, très prisé dans l'industrie agroalimentaire pour des raisons esthétiques, n'est pas reconnu par les trieuses automatiques.

Et la route du recyclage peut s'avérer très longue même pour les plastiques qui sont recyclés.

beaucoup de déchets viennent salir et polluer un cours d'eau

Selon le réseau d’ONG Ipen, les Etats-Unis ont exporté en 2020 157 000 conteneurs de déchets plastiques mélangés vers des pays en voie développement.

Les pays européens faisaient de même avant qu'une loi ne l'interdise cette année.

Ces pays n'ayant ni les infrastructures ni les moyens pour recycler ses déchets, ils finissent par être déversés dans l'océan.


L'exportation de matières recyclables vers un autre pays très éloigné implique en plus de cela la combustion de quantités importantes de carburant pour le transport ce qui contribue à la pollution de l'air.

Pour ce qui est du plastique "biodégradable", ce n'est pas beaucoup mieux...


Vous auriez pu penser du fait de son intitulé que ce plastique se dégraderait seul simplement en le laissant dans la nature, il n'en est rien.

Il doit être en réalité être envoyé vers une unité de compostage industrielle spécialisée, ce qui restreint grandement le nombre d'emballages plastiques qui sont compostés dans les faits.


Ajoutez à cela le fait que les tests sur le caractère compostable d'une matière ne prennent pas en compte les effets potentiellement toxiques pour le sol et vous comprendrez que les plastiques "biodégradables" ne constituent pas une solution réelle.

Il en va de même pour les plastiques "biosourcés" qui ne sont en réalité qu'en partie d'origine biologique, parfois à pas plus de 30%, et qui ne sont pas recyclables.


La bonne chose à faire en terme de recyclage du plastique est donc.... d'en utiliser le moins possible et d'être très vigilant sur le plastique qu'on utilise.

Le plastique qu'il faut particulièrement éviter est celui utilisé pour les emballages.

La plus grande partie de la production de plastique est utilisé pour les emballages (45%).

homme marche dans un champ avec une usine qui pollue au loin

Ces derniers seront jetés au maximum dans les trois ans et cela ne prend pas en compte les objets plastiques à usages uniques, qui seront eux jetés immédiatement après avoir été utilisé.

La plupart de ces déchets sont alors brûlés, ce qui génère de la pollution à cause du CO2 mais aussi du cadmium, du plomb et du mercure qui sont dégagés par la suite.


Si ils ne sont pas brûlés, les déchets plastiques mal gérés sont déversés dans les rivières ou jetés sur les plages ce qui conduit à leur présence dans les océans.

Il y a aujourd'hui un endroit sur Terre appelé "septième continent" où il y a un amas de plastique tellement impressionnant dans l'océan que cela est comparable à la superficie d'un continent.


Ces déchets se retrouvent alors dans les estomacs de la faune marine, entiers ou sous la forme de microparticules.

Si vous n'êtes pas sensibles au sort des animaux marins, dites-vous que la Méditerranée, par exemple, la plus belle mer de France (j'espère que ceux qui habitent au bord de la manche ne m'en voudront pas) devient peu à peu un nid à plastiques en atteignant des niveaux records de plastiques déversés (200 000 tonnes chaque année).


Il pleut également du plastique dans la région des Pyrénées (oui, oui !!!).

Il est donc grand temps d'agir, non seulement parce qu'il met en danger nos écosystèmes avec la pollution des océans mais aussi parce qu'il est dangereux pour notre santé.


2. Le recyclage du verre, la solution idéale ?

Le verre est le seul matériau d'emballage qui est infiniment recyclable dans son intégralité.

Il est donc un substitut idéal au plastique étant donné qu'il ne présente pas de risques pour la santé c'est un matériau que nous devons privilégier dans notre consommation.

Amas de bouteilles en verre vides devant une poubelle et de la verdure

50 kg de verres sont consommés en moyenne chaque année par chaque français, ce chiffre peut paraître élevé mais le verre ne représente que 12% du poids de nos déchets ménagers loin derrière le plastique, ce qui montre que nous avons encore beaucoup d'efforts à produire.


Le taux de recyclage du verre en France est d'environ 76%, un chiffre plutôt encourageant mais encore perfectible.

Il est aujourd'hui très facile de recycler les verres avec des poubelles mis en place à cet effet dans quasiment toutes les habitations du territoire.


Attention toutefois, ce que l'on en appelle communément la vaisselle "en verre" est en réalité fabriquée à partir d'une céramique qui ne se recycle pas.

Pensez à bien vider les bouteilles et à les rendre les plus propres possibles,

il est également souhaitable de retirer les bouchons et les couvercles des contenants en verre avant de les jeter, même si cela n'est pas obligatoire.


Tous ces petits efforts faciliteront la tâche des employés des centres de tri et fluidifieront le processus de recyclage, pas besoin de s'inquiéter des étiquettes en revanche, il ne sert à rien de les retirer.

Au terme du cheminement de recyclage, le verre peut être réutilisé pour la fabrication de nouveaux flacons, pots, ou bouteilles et ce à l'infini tandis qu'une bouteille met selon les estimations entre 3000 et 5000 ans à se dégrader dans la nature !


Cela vaut donc largement le coût de faire ces tous petits efforts et nous réduisons en plus la fréquence de prélèvement des ressources naturelles dont nous pourrions bientôt manquer.

Le verre ne perd en aucun cas ses qualités premières lors du recyclage mais ce dernier est tout de même un petit peu coûteux en ressources énergétiques car il nécessite la fonte du verre avant de pouvoir créer de nouveaux objets.

Beaucoup de bouteilles en verre entreposées à l'envers

La bonne nouvelle, c'est qu'une autre solution est possible pour user encore moins de ressources.

Le verre est un matériau qui est suffisamment solide et hygiénique pour être récupéré et reconditionné avant d'être remis sur le marché : c'est le système de la consigne, qui a quasiment disparu en France, mais qui est encore pratiqué et efficace en Belgique et en Allemagne.


Une seule bouteille peut être réutilisée plus d'une vingtaine de fois, et donc se substituer à autant de canettes, de bouteilles en plastique ou en verre jetable !

La consigne permet de faire des économies de production et donc de ressources naturelles mais aussi de dépenses pour le consommateur.


La réutilisation de l’emballage permet au consommateur de ne pas acheter un nouvel emballage à chaque fois qu'il achète un produit, car même si vous n'y pensez pas forcément, le prix de l'emballage est inclus dans le prix total lorsque vous faites un achat quelconque.


La consigne est un petit dépôt de monnaie qui est rendu quand l’emballage est rapporté en magasin, vous ne payez donc que le produit en lui même puisque le prix de l'emballage vous est remboursé par la suite.

La réutilisation des emballages peut permettre de réduire de 65 à 85 % l’impact environnemental global de la production d'emballages selon les estimations.


Au cas où vous vous seriez inquiétés de l'impact du lavage des emballages compte tenu de la crise qui pourrait advenir dans le futur par rapport à la question de l'eau, ce lavage ne consomme pas plus d’eau que la fabrication d’un emballage en plastique ou en verre !


3. Le recyclage fait un carton !

Poubelle carton complètement pleine devant un mur blanc dans une rue vide

Une deuxième alternative intéressante au plastique est le carton.

Le papier/carton est le troisième type de matériaux le plus recyclé en France, derrière le verre et l’aluminium avec un pourcentage de recyclage du papier et du carton de 65%.

Ce chiffre peut encore être amélioré si chacune et chacun fournissent un peu plus d'efforts.


Tous les cartons se recyclent, sauf certains cartons souillés que nous évoquerons un peu plus tard.

Cette matière peut être réutilisé jusqu'à une dizaine de fois avant que la fibre ne se dégrade, ce qui laisse pas mal d'opportunités de recyclage.

Le carton recyclé sert à fabriquer de nouveaux emballages en carton, des boîtes à chaussures, des boîtes d’œufs, des meubles ou encore des objets de décoration…


C'est aujourd'hui 60% des cartons qui sont issus du recyclage en Europe.

Cependant, la consommation de papier/carton a été multipliée par environ 5 en France depuis 1950, ce qui porte actuellement le total à près de 9 millions de tonnes et 130 kg par personne chaque année, le total de ressources utilisé reste donc élevé.


Recycler ces matières permet de réduire la déforestation, mais aussi d'économiser d’autres ressources comme l’eau et l’énergie nécessaires à la fabrication de papier et carton à partir de bois.

Les techniques de recyclage ont beaucoup évolué ces dernières années et permettent de recycler tous les produits, vous n'avez qu'a les vider, les plier afin d'optimiser le remplissage des bacs et les mettre dans la bonne poubelle.


Pas besoin de découper les papiers en petits morceaux cela réduirait la longueur des fibres de cellulose et rendrait plus difficile le recyclage. Seuls les cartons très humides et excessivement souillés par du gras par exemple ne sont pas aptes au recyclage.

Collègues de travail en train de rigoler pendant une pause café.

Au travail, vous pouvez réduire les déchets en carton en remplaçant par exemple les gobelets jetables par des tasses réutilisables, même si vous avez un système de tri, cela sera encore meilleur.

Les enjeux sont colossaux, le recyclage d’une tonne de carton permet d’éviter le gaspillage de 2,5 tonnes de bois, de 50 m3 d’eau et de 13 MWh d’énergie.

Il permet également d’éviter le rejet de 2,5 tonnes de CO2.

Etant donné le désastre écologique dans lequel nous sommes, ces chiffres ne sont pas négligeables.

Evoquons maintenant d'autres modes de consommation qui permettent d'économiser encore plus de ressources (et d'argent) que le verre ou le carton.

4. Avenir entre vrac, minimalisme et seconde main

La solution ultime de recyclage consiste à ne pas recycler à travers l'achat de produits en vrac, sans emballage en utilisant des boîtes et des étuis réutilisables à l'infini.

Cette carte des magasins qui pratiquent la vente en vrac peut vous aider à trouver comment vous allez faire vos courses de cette manière près de chez vous, vous pouvez acheter quasiment tous vos biens de consommation libéré de tout emballage.


Pour produire moins de déchets, il faut aussi moins consommer.

Si nous voulons avoir un réel impact sur la situation écologique à travers nos déchets, commençons d'abord par éliminer tous les gadgets inutiles de notre existence, nous avons été façonnés à penser de telle manière que nous ressentons quasiment tout le temps le "besoin" de consommer même des choses qui ne vont pas nous être réellement utiles.


Nous arrivons cependant à un moment critique pour les êtres humains et la planète qui nous abrite où nous avons le devoir de nous faire violence pour changer nos habitudes de consommation pour ne plus consommer et donc produire tout ce qui nous passe par la tête mais uniquement ce dont nous avons réellement besoin.


Recyclage, upcycling, "seconde main", c'est aussi cela l'avenir, des nouveaux modes de consommation pour une société plus juste et plus adapté aux réalités naturelles.

Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège de consommer davantage parce que c'est de l'occasion ou du recyclé, le but premier reste de moins consommer.

Votre poubelle d'ordures ménagères doit donc se remplir de moins en moins souvent car des solutions existent... et puis cela vous évitera d'avoir à la descendre. :)

79 vues0 commentaire