5 questions sur les carences en fer (grossesse, symptômes, traitement...)


femme blonde avec les cheveux attachés touche son front

Chez les femmes, les prises de poids ou pertes de cheveux peuvent-elles être liées à l'anémie ? Comment l'alimentation et les vitamines peuvent-ils aider à lutter contre cela ?

C'est ce que nous allons vous expliquer dans cet article où nous allons tout vous révéler sur les carences en fer afin que vous puissiez les éviter ou ne pas y être confronté à nouveau si vous êtes déjà passé par là.


1. Qu'est-ce que le fer et à quoi sert-il ?

Le fer est un oligo-élément naturellement présent en très faible quantité dans l'organisme. Son rôle est de transporter et de stocker l’oxygène contenu dans le sang vers les organes et les muscles du corps humain.

Le fer est même un constituant important des cellules musculaires et il permet la formation de nombreuses enzymes dans votre organisme.


Vous pouvez donc aisément comprendre pourquoi il est plus qu'essentiel et pourquoi une carence en fer est très dangereuse.

Le fer est en plus indispensable pour la formation de l’hémoglobine, une protéine présente dans les globules rouges du sang.


Sans fer, les globules rouges deviennent moins rouges, rapetissent, et ne peuvent surtout plus fournir correctement de l’oxygène aux organes, c'est ce que l'on appelle l'anémie.

L’organisme recycle le fer, lorsque les globules rouges meurent, le fer qu’ils contiennent revient dans la moelle osseuse qui s'en sert afin de produire de nouveaux globules rouges.


Il y a 1 à 2 milligrammes de fer qui est perdu chaque jour à cause de la perte des cellules au niveau de la muqueuse intestinale. C'est à ce moment là qu'intervient l'alimentation pour remplacer le fer qui est perdu.

Les femmes perdent aussi du fer lors de leurs menstruations, avoir une alimentation adaptée est donc encore plus importante pour elles.

légumineuses de différentes couleurs disposés en rond

On sait aussi aujourd'hui que le fer est nécessaire dans le développement cognitif des enfants, le métabolisme énergétique, et bien sûr lors de la grossesse comme on l'évoquera plus en détail dans la suite de l'article.

Chez l’homme, le taux normal de fer dans le sang est compris entre 70 et 175 μg/dl (microgrammes par décilitre) et chez la femme, il se situe entre 50 et 150 μg/dl.


2. Quelles sont les causes d'une carence en fer ?

La carence en fer (aussi appelé anémie martiale ou ferriprive) est la carence nutritionnelle qui touche le plus de personnes au monde.

Au début de la carence en fer, on ne parle pas encore d'anémie, un taux de ferritine (protéine permettant le stockage du fer) bas indique une carence en fer avérée mais il faut que l'hémoglobine baisse pour commencer à parler d'anémie.


Les femmes sont plus concernées que les hommes par cette carence, cela s'explique par le fait qu'elles perdent du sang qui contient du fer pendant les menstruations comme on l'a dit, et que leur concentration initiale en fer dans l'organisme est plus faible.

Il y a plusieurs populations à risque, ce qui explique la prolifération des carences en fer.


Les femmes en âge de procréer, surtout si elles ont des règles abondantes, les femmes enceintes et/ou qui ont des grossesses multiples et rapprochées et les enfants de 6 mois à 4 ans doivent faire particulièrement attention.


Il en va de même pour les personnes ayant un problème de santé qui implique une perte de sang chronique, les personnes souffrant d’insuffisance rénale, les personnes sous dialyse et les consommateurs de médicaments types antiacides, aspirine et anti-inflammatoires qui peuvent causer des saignements internes.

Les suppléments de calcium peuvent aussi diminuer l'absorption du fer.

mamans sportives avec des poussettes en train de discuter

Chez les femmes ménopausées et les hommes qui ne sont pas dans cette liste, la carence en fer peut être un signe d’hémorragie du tube digestif, provenant par exemple d’ulcères hémorragiques ou de polypes du côlon.

La carence en fer est donc à surveiller de très près car elle peut annonciatrice d'un problème médical plus grave.


Les troubles qui perturbent l’absorption des aliments par l’intestin grêle, tels que la maladie cœliaque, la diverticulite ou la maladie Sibo, peuvent aussi être à l’origine d’une carence en fer.

Plus surprenant, les coureurs professionnels et ceux qui courent beaucoup de manière générale augmentent leur risque de carence en fer.


Le contact des pieds au sol peut en effet provoquer chez certaines personnes un bris des globules rouges.

Le fait de faire de beaucoup d'efforts physiques augmentent de toute façon les besoins du corps en vitamines et en minéraux, il y a donc vite des risques de carence si le sportif ou la sportive ne s'adapte pas.


La carence en fer peut enfin résulter d’un régime alimentaire inadapté, cela est particulièrement vrai pour les nourrissons et les jeunes enfants, qui ont de plus grands besoins en fer pendant ces périodes de croissance.

Les adolescentes qui commencent à avoir leurs règles sont également à surveiller de près puisqu'elles perdent forcément plus de fer, le régime alimentaire doit s'adapter.


3. Quels sont les symptômes ?

Du fait de ce que l'on a expliqué au début de l'article sur la production de globules rouges, les individus qui présentent une carence en fer ont un teint assez pâle, ont souvent des maux de tête, souffrent de grosse fatigue, perdent l'envie de faire la moindre activité et semblent essoufflés au moindre effort.

Il y a aussi la peau et les cheveux qui s'assèchent, les ongles qui deviennent cassants...

jeune fille avec les cheveux attachés couchée sur une table dans un train

Ces personnes souffrent même souvent d'anémie mais ces symptômes n'étant pas très facilement identifiable, on dit parfois que l’anémie par carence en fer est asymptomatique.

C'est assez dangereux car les conséquences peuvent être très graves, il faut donc faire attention à son alimentation et à son hygiène de vie pour ne pas se retrouver dans cette situation, nous détaillerons cela plus tard.


Si vous avez un doute et que vous ressentez actuellement ces symptômes, vous pouvez faire un bilan sanguin pour obtenir un diagnostic et en avoir le cœur net.

Le médecin cherchera en plus la cause de cette anémie par carence en fer : régime alimentaire inadapté, saignement visible ou invisible...


Les résultats qui confirment une carence en fer comportent un taux d’hémoglobine bas, un hématocrite (proportion entre globules rouges et volume total de sang) bas et tout simplement un nombre réduit de globules rouges.

Les analyses sanguines incluent également les mesures de la Transferrine et de la ferritine que l'on évoquait plus haut.


La transferrine est elle la protéine qui transporte le fer dans le sang lorsqu’il n’est pas contenu dans les globules rouges.

Si le pourcentage de fer dans la transferrine est inférieur à 10 %, il y a un vrai risque de carence en fer.


Cependant, il est possible que le taux de ferritine soit normal ou élevé et que la personne ait quand même une carence en fer si elle souffre d'une inflammation, d'une infection, d'un cancer ou d'une atteinte hépatique.

Pour établir le diagnostic, il est alors parfois nécessaire de pratiquer un examen de la moelle osseuse.

bébé métisse avec une couche allongé sur une couette blanche

Une carence en fer qui s'aggrave est vraiment très préoccupante, il y a des naissances prématurées en cas de grossesse, des troubles cognitifs et des retards de croissance, pour l'enfant concerné par la grossesse ou pour un enfant qui souffre d'une carence...

Des troubles encore plus perturbants comme le pica (envie incontrôlable d’absorber des produits non comestibles comme la glace ou la terre) peuvent survenir.


Le syndrome des jambes sans repos (besoin pressant de bouger ses jambes quand on est assis ou étendu) et l'aménorrhé sont également des troubles qui peuvent être attribués à une carence en fer.

Il y a enfin des risques de Troubles cardiaques, de Tachycardie ou de palpitations... son apport en fer est une chose à laquelle il faut faire attention.


4. Comment éviter cette carence ?

Le moyen le plus simple de limiter les risques de carence en fer est d'avoir un apport en fer suffisant via l'alimentation.

Il existe deux types de fer distincts que vous pouvez trouver dans l'alimentation, le fer héminique qui se trouve dans la viande et les produits de la mer et le fer non héminique qui se trouve lui dans certains produits végétaux et dans les produits laitiers.

Les œufs contiennent eux les deux types de fer. Le fer non héminique est moins facilement absorbé par l'organisme que le fer héminique.

Cependant, on ne vous conseille pas d'augmenter votre consommation de viande, celle-ci peut mettre votre santé en danger de manières différentes (cancer du côlon, diabète...) et est en plus responsable de nombreux désastres environnementaux.


En mangeant divers aliments végétaux tels que les céréales complètes, les légumineuses (pois chiches, lentilles, pois cassés haricots...), les graines, les fruits à coque et les légumes verts, vous pouvez très bien avoir un apport suffisant en fer (sans compter les œufs et les produits laitiers).

légumineuses en vrac dans des sacs en tissus sur une table

Dans le but de mieux assimiler le fer non héminique, il est judicieux d'associer les aliments qui en contiennent avec des aliments qui contiennent de la vitamine C.

Parmi les aliments qui contiennent de la vitamine C, on peut citer les agrumes (oranges, citrons, pamplemousses) que vous pouvez facilement incorporer à vos recettes avec un peu d'imagination.


De manière plus classique, il y a les tomates ou encore les poivrons, vous pouvez varier entre ces fruits et légumes selon les saisons.

Enfin, le persil est une herbe aromatique que vous pouvez intégrer à tous vos plats et qui est riche en vitamine C.

Ces recommandations devraient vous permettre d'éviter les carences en fer ou de corriger le tir si vous avez une carence qui est à un stade peu avancé.


Cependant, cela ne suffira pas si vous avez une carence en fer qui est à un stade avancé, la Haute Autorité de Santé recommande dans ce cas là de prendre de la ferritine sérique en compléments alimentaires.

A noter que le fer présent dans ces suppléments alimentaires est lui aussi non héminique.

La prise de compléments alimentaires à base de fer est toujours accompagnée d’émission de selles noires mais cet effet secondaire est inoffensif.


Comme tout autre médicament, la prise de ces suppléments alimentaires n'est toutefois pas sans conséquences pour votre organisme.

Ils peuvent par exemple rendre difficile le diagnostic de saignements intestinaux.

personne reçoit une injection en intraveineuse

Dans de plus rares cas, le fer est administré par voie intraveineuse.

Ces injections sont utilisées pour les personnes qui ne tolèrent pas les comprimés ou pour les rares personnes qui ne peuvent absolument pas absorber suffisamment de fer par voie digestive.


5. Une carence en fer est-elle inévitable pendant la grossesse ?

Manquer de fer pendant la grossesse n'est pas du tout inquiétant, cela arrive à énormément de femmes enceintes.

Le fœtus demande de grandes quantités de fer pour se développer, il va donc puiser dans les réserves de la maman.


Néanmoins, cela reste un risque à prendre au sérieux.

Une fatigue trop importante dû à une carence en fer est un stress supplémentaire pendant la grossesse qui rend cette période plus difficile.

Adaptez donc votre alimentation comme on l'a expliqué plus haut et faites une prise de sang pour vous assurer que vous n'avez pas déjà une carence si vous sentez fatiguée.


Conclusion

La carence en fer est un enjeu de santé majeur qui concerne beaucoup de gens et qui intéresse particulièrement les médecins.

Il y a encore des recherches en cours, des études cherchent par exemple à établir l'influence qu'une carence en fer a sur le poids corporel. Certains pensent qu'elle fait perdre du poids, d'autres qu'elle fait grossir, on ne peut pas encore donner de conclusions définitives.


Vous en savez donc autant que nous sur les carences en fer, c'est tout pour aujourd'hui, prenez soin de vous et des autres !!!

7 vues0 commentaire