Comment arrêter de boire ?

Dernière mise à jour : il y a 4 jours


homme complètement ivre allongé dans l'herbe avec une bouteille d'alcool

Comment faire pour arrêter de boire naturellement sans médicament ?

Quand on est seul sans aide médicale face au vin ou à une autre boisson, il est très difficile de répondre à cette question.


Internet ayant quelques aspects positifs, il existe aujourd'hui de nombreuses manières de trouver des solutions.

Nous allons donc vous en donner quelques-unes pour que vous puissiez arrêter cette mauvaise habitude qui met en danger votre santé mais pas que...


Etat des lieux

Bien que les ventes diminuent timidement en France, l'Hexagone reste un des plus grands consommateurs d'alcool en Europe.

On estime à cinq millions le nombre de personnes qui ont des difficultés médicales, psychologiques ou sociales liées à l’alcool.


Il y a des signes qui peuvent alerter et vous permettent de vous rendre compte que l'alcool commence à être un problème pour vous ou que c'est le cas pour l'un de vos proches.

Nous allons donc les évoquer rapidement avant de rentrer dans le vif du sujet.


Signes annonciateurs

Si quand vous buvez un verre, vous avez l'habitude de vous en servir un autre qui en appelle encore mécaniquement un autre et ainsi de suite, cela est un problème...

Cela s'explique par le fait que vous avez peut-être l'impression d'avoir besoin de trois, quatre ou cinq verres pour vous "sentir bien", ce qui est évidemment un leurre car l'alcool vous fait beaucoup plus de mal que de bien.


Il vous fait encore plus de mal car vous continuez à développer une dépendance qui sera donc de plus en plus difficile à arrêter.

Cette consommation "besoin" où vous videz très vite vos premiers verres est donc un premier signe d'alerte.

homme avec un pull et une chemise en train de sortir un verre de vin blanc

De même, si vous n'envisagez pas de prendre part à une réunion festive sans alcool, il faut s'inquiéter.

Si pour vous l'absence d'alcool signifie que vous n'allez pas vous amuser ou encore pire que vous n'avez rien à faire là, c'est que vous commencez à être dépendant et qu'il faut prendre la situation en main.


Une autre chose qui peut paraître anodine mais qui est en réalité révélatrice, le temps que vous consacrez à l'alcool.

Si l'alcool devient une activité à part entière dans votre emploi du temps et que vous dédiez une bonne partie de votre temps à acheter de l'alcool, à le boire et à vous remettre de ses effets, cela est inquiétant car la part que prend l'alcool dans votre vie est trop grande.


Cela est encore plus préoccupant si vous délaissez d'autres sources de divertissement ou des choses importantes comme vos proches ou vos activités professionnelles au profit de votre consommation d'alcool.

Cela nous amène à parler de l'heure à laquelle vous commencez à boire.


Vous buviez d'abord de temps en temps le soir, puis cela est devenu systématique en rentrant du travail, c'est maintenant le midi... Il faut agir avant que ce soit le matin.

Si vous commencez à boire de plus en plus tôt, c'est peut-être aussi parce que vous avez des envies irrésistibles d'alcool que vous avez du mal à contrôler.

Ces "pulsions", signes de dépendance doivent donc être combattues.


Ces pulsions font aussi que vous avez souvent du mal à passer ne serait-ce qu'une journée sans boire, même avant d'arriver à ce stade si week-end rime systématiquement avec alcool pour vous, il faut commencer à s'inquiéter, passer une semaine entière sans boire ne doit pas être un défi.

homme en train de crier dans une forêt avec un arbre derrière lui

Le volume d'alcool que vous pouvez supporter est également un bon indicateur.

Si vous pouvez maintenant boire une bouteille de vin sans un seul signe d'ivresse, cela impressionnera peut-être certains de vos amis (sont-ils de bons amis ?), mais c'est un danger potentiel pour votre santé.


Cela signifie que votre organisme s'est habitué à être soumis à des doses répétées, et très fortes d'alcool et qu'il lui faut dorénavant une plus grande quantité de boisson pour ressentir des effets, ce qui va donc vous pousser à boire toujours de plus en plus.

Si vous buvez plus de 2 unités d'alcool (2 verres d'alcool, soit 20g d'alcool pur) par jour, votre relation avec l'alcool est problématique.


Vous ne vous rendez pas forcément compte de ce que l'alcool vous fait faire mais il faut rester à l'écoute de vos proches.

Lorsque vous entendez des phrases telles que "J'ai l'impression que cela te met en danger", "tu ne peux plus passer un jour sans boire", "quand tu bois, tu bois trop", vous devez prendre cela comme des preuves d'amour de gens qui comptent et veillent sur vous et faire attention.


Encore pire, si vous savez que votre consommation d'alcool a des effets de ce type et que vous continuez quand même, c'est que la consommation d’alcool devient pour vous plus importante que les conséquences, que vous n'avez plus de contrôle et qu'il y a bien une addiction qui peut être traitée de différentes manières que nous allons détailler tout de suite.


Solutions

Il est très difficile d'arrêter l'alcool, surtout si cela fait partie de vos habitudes depuis un long moment et que vous buvez souvent avec des gens qui vous sont chères.

C'est pour cela qu'il est recommandé de passer par des professionnels spécialisés dans les addictions pour mettre toutes les chances de son côté.

une famille avec un enfant regarde des plans d'architecture

Vous pouvez pour cela vous rapprocher des Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie ou tout simplement en parler à votre médecin.

Si pour des raisons qui vous sont propres, vous ne souhaitez pas vous rapprochez de ce type de structures, vous pouvez vous prendre en main seul mais vous devez vous rendre compte que cela sera plus difficile.


Mais pourquoi ce sevrage est-il si difficile ?

C'est simple, l’alcool est une drogue.

Il est aisé de l’oublier car il est possible d'acheter du vin ou un alcool fort dans quasiment tous les magasins de France, mais boire un verre d’alcool n’est pas une action anodine.

Il faut donc faire de vrais efforts pour pouvoir s'en sortir seul.

La première chose est bien-sûr de vous demander pourquoi vous voulez arrêter.

Demandez-vous ce que vous avez à accomplir dans votre vie, ce qu'arrêter l'alcool pourrait améliorer dans vos relations avec vos proches, dans votre travail, les choses que vous pourriez visiter ou découvrir avec l'argent que vous économiserez en n'achetant plus d'alcool...


Les sources de motivation sont infinies car c'est toute votre vie qui est liée à votre addiction, vous pouvez donc aller vers une amélioration globale de votre vie en arrêtant.

L'analyse des situations dans lesquelles vous buvez est également importante.

Si vous vous sentez obligés de boire en rentrant chez vous, qu'est-ce qui ne va pas dans votre maison ?


Si vous êtes obligé de boire en mangeant, peut-être que quelque chose ne va pas dans votre alimentation...

Les sorties sont également très importantes, si sortir le week-end vous pousse toujours à boire, pourquoi ?

fond noir avec une écriture you're not in love you're just drunk

Est-ce parce que vous auriez l'impression de ne pas vous amuser sinon ?

Est- ce pour plaire à certaines personnes ?

Est-ce pour faire comme certaines personnes ?

Si oui, est-ce que ces personnes sont bonnes pour vous ?

Veulent-elles réellement votre bien ?

Pourraient-elles vous soutenir sans vous juger si vous évoquiez le sujet avec elle ?


Toutes ces questions sont importantes et vous devez faire un état des lieux de vos loisirs et de vos fréquentations.

Le fait de faire de nouvelles activités et de s'impliquer dedans est également bénéfique. Vous pouvez vous inscrire à une activité sportive pourquoi pas de combat par exemple pour vous défoulez tout en vous occupant l'esprit de manière saine.


Vous pouvez prendre des cours de cuisine, faire du théâtre, vous engager dans une association...

Les possibilités sont infinies, l'important est de trouver quelque chose qui vous occupera mentalement et physiquement et qui prendra la place des situations où vous retrouvez à boire.


Le fait d'être vraiment impliqué dedans fait que ce sera une nouvelle raison de vouloir rester sobre, choisissez donc des activités qui vous tiennent vraiment à cœur, que vous auriez aimé faire depuis longtemps mais que vous n'avez pas pu faire pour une raison ou une autre par exemple...


Il faut également prendre le temps d’informer votre entourage en amont pour éviter les incitations à consommer de l’alcool, ils se seront de toute manière très probablement déjà rendu compte qu'il y a un problème mais si vous officialisez le fait que vous en sortir devient un objectif principal dans votre vie, les gens qui vous aiment et qui tiennent vraiment à vous ne pourront que vous soutenir.

quatre joueur de foot avec des maillots rouges se tiennent

Cela sera très important car vous allez inévitablement passés par des moments difficiles.

Si vos proches savent que vous ne devez plus toucher une goutte d’alcool, ils éviteront de boire en votre présence, de laisser traîner de l'alcool et vous aideront à rester fort quand vous vous sentez sur le point de craquer.


Vous aurez envie de craquer car le sevrage a des aspects très compliqués, il y a des troubles auxquels on ne s’attend pas forcément : hallucinations, convulsions, délires... il faut bien se préparer, l'alcool est une drogue comme nous l'avons déjà dit, il faut donc être prêt à passer par des moments où le sevrage rend les choses très difficiles.


"Lors d’une alcoolisation avancée, on constate une augmentation de la dopamine, de la sérotonine et des opioïdes endogène, qui eux, sont la traduction positive de l’alcool, son aspect “récompensant”, peut-on lire sur le site drogues-dependance.

"En revanche, le manque de boisson s’accompagne de leur affaiblissement, et va donc être source de stress, d’anxiété et de dépression chez le consommateur, donc d’une rechute si l’usager n’effectue pas un sevrage correctement."


Les premiers jours sont les plus durs et si le soutien de vos proches ne suffit pas, il ne faut pas hésiter à demander de l'aide plutôt que de replonger.

Une prise en charge médicale est recommandée et sa durée est de plusieurs jours.

La durée du sevrage d’alcool varie d’un patient à l’autre, selon la présence ou l’absence de complications. Cet état de sevrage dure cependant 8 jours au maximum.


Si vous ne souhaitez pas d'accompagnement médical, les réunions des alcooliques anonymes ne paraissent peut être pas des plus réjouissantes mais le cheminement et l’accompagnement qui y sont proposés pour arrêter de boire ont prouvé leur efficacité.

Il y a des antennes partout en France et vous pouvez même être suivi sur Internet, la disponibilité est donc maximum afin de vous aider.

deux personnes en train de se tenir la main dans la rue

Si vous vous dites que vous n’y arriverez jamais, n'hésitez pas à lire les expériences de ceux qui ont réussi à arrêter.

Vous pourrez alors vous reconnaître dans leur parcours ce qui vous donnera du courage et vous aidera à vous sentir moins seul, vous pourrez peut-être même y trouver des conseils.


Si vous vous retrouvez malgré toute votre bonne volonté pour changer vos habitudes dans des situations où l'on vous incite à boire, n'ayez pas honte ou peur de refuser gentiment mais fermement plusieurs fois si il le faut et vous n'avez aucune obligation de vous justifier si vous n'en avez pas envie.

Encore une fois, la personne qui ne peut pas respecter votre choix n'est peut-être dans votre vie pour les bonnes raisons.


Arrêter en douceur ou d'un coup sec ?

Vous vous dites peut-être que vous n'allez pas arrêter de boire brutalement mais que vous allez y aller progressivement, ce n'est pas forcément une bonne idée.

D’après une étude menée par les chercheurs de l’université de Göteborg, en Suède, et publiée par la revue Alcoholism : Clinical & Experimental Research, l’abstinence totale serait le moyen le plus efficace de lutter contre l’alcoolisme.


Les chercheurs ont mené leurs recherches auprès de 201 patients qui ont participé à un programme de traitement des problèmes d’alcool.

Une partie des volontaires a opté pour l’abstinence, alors qu'une autre partie a essayé de réduire sa consommation.

Les constats étaient sans appel deux années et demi plus tard, 90% des personnes qui ont suivi un programme basé sur l’abstinence ont atteint leur objectif, alors que c'est le cas de seulement 50% de ceux qui voulaient limiter leur consommation.

panneau stop sous un ciel gris et des cables numériques

D'après les scientifiques, cela s'explique par le fait qu'il faut définir un but précis.

Lorsqu’on décide d’arrêter complètement de boire, on n’a pas à choisir à quel moment on peut boire, quelle quantité et quelle boisson.

Cela ne laisse donc aucune place au doute et rend les efforts plus faciles à faire.


Enfin, ne craignez pas la rechute.

Si vous rechutez et que vous vous sentez mal à cause de cela, c'est que vous êtes bien conscients qu'il y a un problème et que vous êtes déjà sur le bons chemin, il faut donc redoubler d'efforts pour que cela n'arrive plus.


Les bienfaits de l'abstinence sont infinis, vous dormirez mieux, vous aurez moins de difficultés à vous concentrer, vous aurez de meilleures relations avec les gens qui comptent vraiment, vous éviterez la dépression, vous aurez meilleure allure, même votre vie sexuelle s'améliorera.


Si vous avez également des problèmes avec la cigarette, des études ont prouvé que l'arrêt d'une addiction favorise l'arrêt de l'autre.

De plus, l'alcool a de nombreux effets malfaisants sur votre santé à long terme (foie, cerveau, cœur...).


Vous avez maintenant tout pour vous prendre en main, foncez pour ne pas regretter plus tard !!!

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout