Comment lutter contre la pollution (atmosphérique, lumineuse...) ?


grande ville extrêmement pollué avec une route et une voiture blanche au premier plan

L'eau (plastique dans les océans, mer contaminée...), l'air... (gaz toxique dans l'atmosphère, environnement souillée...), faire plus pour préserver ces différents écosystèmes n'est à notre époque plus une simple option mais une obligation.

Nous allons donc évoquer aujourd'hui les différentes choses que nous pouvons faire à notre échelle individuelle mais aussi ce qu'il est possible d'imaginer comme transformation dans la société de manière globale...


Réduire sa consommation d'énergie, forcément

La pollution atmosphérique est, on le sait, grandement due aux émissions de gaz à effet de serre.

Et ces émissions de gaz à effet de serre sont elles-mêmes intimement liées à la consommation d'énergie.

C'est évidemment l'industrie et les entreprises qui la composent qui représentent le plus gros de ces émissions.


Cependant, le secteur résidentiel n'est pas à négliger, il représente 20% des émissions de gaz à effet de serre dues à la consommation d'énergie, principalement à cause de l'utilisation du chauffage.

Baisser (voire couper carrément) son chauffage peut donc avoir un effet bénéfique d'un point de vue environnemental, en plus de vous faire économiser des précieux sous en cette période de crise énergétique.


Il est conseillé de ne pas dépasser les 18°C dans son logement, vous aurez peut-être besoin d'un plaid et/ou d'un pull, mais cela est très loin d'être invivable.

Pour avoir une température agréable dans son logement sans faire grimper la facture énergétique, la meilleure solution reste toutefois d'isoler son logement.

Plus facile à dire qu'à faire pour beaucoup de foyers tant les travaux d'isolation peuvent être coûteux.

homme en train de faire les travaux d'isolation d'un bâtiment

Il est cependant possible que vous soyez éligible à des aides de l'état, renseignez-vous bien.

Dans un monde où l'on veut vraiment lutter contre la pollution et les émissions de gaz à effet de serre, des aides financées par l'état pour isoler les logements devraient d'ailleurs se généraliser.


Comme on le disait dans l'introduction, les efforts individuels sont importants et nous motivent à nous engager davantage, mais il faut une transformation plus globale pour que la situation change radicalement.


Une mesure comme l'isolation des logements est préconisée par l'ensemble des spécialistes de la question, elle ferait du bien à beaucoup de gens qui n'auraient pas besoin de dépenser autant pour leur énergie et réduirait la dépendance énergétique du pays, on ne peut donc que souhaiter qu'elle arrive dans le futur.


En effet, si une telle mesure vous permet d'allumer le chauffage moins fort l'hiver, elle vous permet aussi d'allumer la clim moins fort l'hiver.

Et cela aussi, ça fait une vraie différence au niveau de la pollution.

En voiture, à la maison ou au bureau, limitez donc la climatisation autant que possible.


Il existe certes des "climatisations écologiques", dont nous avons parlé dans un précédent article, mais elles entraînent tout de même forcément une consommation d'énergie.

En attendant donc que l'on propose des solutions d'isolation à tout le monde, faites donc attention à la manière dont vous gérez la température dans votre logement.


Même pour les chauffages au bois, il y a des bonnes pratiques à adopter car ils génèrent eux aussi de la pollution. Utiliser du bois bien sec, adapter la taille de son chauffage à la surface habitée, allumer par le haut (grosses bûches en bas, petit bois en haut)... toutes ces choses sont importantes.

bûches de bois entassées en vrac

Si vous allumez votre feu par le bas, les bûches chauffent pendant longtemps sans brûler.

Des composés gazeux qui n’ont pas l’occasion de s’enflammer sont alors libérés dans l’atmosphère inutilement.

N'utilisez d'ailleurs pas de papier pour allumer votre feu, cela contribue à la pollution.

Les vieux papiers contiennent des encres et d’autres produits chimiques, ils doivent donc être recyclés par d’autres filières spécialisées.


Des allume-feux non polluants sont disponibles aujourd'hui, ils sont à privilégier.

Lorsque vous allumez, les feux ouverts sont en revanche à proscrire, ils seront de toute manière bientôt interdits. Enfin, ces appareils doivent être entretenues comme n'importe quels autres, le ramonage une à deux fois par an est notamment très important, un appareil propre pollue forcément moins.


Fermons cette parenthèse en rappelant que vous pouvez bénéficier d'aide de l'État pour vous équiper de poêles labellisés "Flamme Verte".

Ces appareils sont considérés comme "éco-responsables" et polluent moins que les appareils plus anciens. Bien gérer notre consommation d'énergie est donc, vous l'aurez compris, la manière la plus efficace de lutter contre la population, il y a toutefois d'autres choses qui sont importantes.


Les déchets, à réduire avant de les recycler

Eh oui, on parle souvent du recyclage des déchets, mais le meilleur déchet, c'est celui que l'on ne produit pas !

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la règle des 3R, réduire, réutiliser, recycler, dans cet ordre.

poubelles de tri vertes collées et bien rangées vues d'en haut

Cette règle résume tout, la première chose à faire pour rendre notre consommation plus responsable est de consommer moins, ensuite, réutiliser au maximum ce que nous achetons, et enfin, recycler quand nous n'avons plus d'autres options.

Et pour les déchets organiques, pensez au compost !


Cela est possible même en ville et va vous permettre de réduire considérablement vos déchets tout en vous faisant un terreau naturel.

Dans vos choix de consommation, évitez évidemment le plastique, qui génère de la pollution quand il est brûlé, quand il est laissé libre dans la nature (jusqu'à 1 000 ans pour se décomposer dans la nature) et même durant sa fabrication (utilisation de pétrole).


Privilégiez donc le vrac au maximum pour ne pas vous embêter avec les emballages ou le carton et le verre si vous n'avez pas d'autres options.

La logique qui s'applique aux déchets s'applique à tout, faites attention au gaspillage et à la bonne utilisation pour tout, les vêtements, la nourriture...


On se doute que vous ne faites pas la chose suivante si vous êtes sur ce site, mais on le rappelle quand même au cas où, il ne faut jamais jeter de déchets par terre !

Et cela vaut notamment pour les mégots qui peuvent générer des incendies en plus de polluer l'atmosphère.

Passons maintenant au dernier grand point de l'article, les transports.


L'heure de changer la manière dont nous nous déplaçons ?

La voiture, on nous à bassiné le crâne avec, à tel point que nous en rêvons tous plus ou moins, mais ce n'est clairement pas le moyen de transport du futur. Surtout si nous continuons à l'utiliser comme nous le faisons, c'est à dire de manière individualiste.

route embouteillée vue d'en haut avec des arbres sur le trottoir

Les voitures qui circulent transportent en moyenne entre 1,4 et 1,7 personnes, c'est évidemment trop peu pour des véhicules qui polluent autant pendant leur fabrication et qui nécessitent une telle de quantité de pétrole pour pouvoir fonctionner.

Prendre soin de sa voiture pour qu'elle pollue le moins possible (vidange, filtre de l'huile...), c'est bien, mais ne pas avoir de voitures ou l'utiliser le moins possible, c'est encore mieux.


Marche, vélo (électrique ou non), transport en commun, covoiturage...

Quand un de ces moyens de transport est disponible, il doit passer avant la voiture.

Le transport, c'est le deuxième grand générateur de pollution après la consommation directe d'énergie et les automobiles représentent à elles seules 72% des émissions de CO2 du secteur, il n'y a donc pas de doute sur le principal axe d'amélioration.


Vous pensez peut-être que la différence n'est pas si grande mais elle l'est, une personne émet jusqu'à 50 fois moins de gaz à effet de serre en train qu'en utilisant son véhicule personnel.

En France, 40% des déplacements en voiture font moins de 2 km.

A part s'il y a des charges lourdes à porter, ces trajets se font facilement à vélo ou à pied, il faut donc toutes et tous que l'on fasse un petit effort.

Ces trajets effectués généralement avec un moteur froid sont en plus très pénalisants en terme de pollution atmosphérique puisque le fait que le moteur soit froid fait qu'il y a plus d'émissions générées, le temps que le moteur démarre.


Mais encore une fois, cela n'est pas suffisant, la manière dont nos vies sont orchestrées aujourd'hui nous incite forcément à avoir une voiture et à l'utiliser.

Que ce soit en ville ou à la campagne, il y a clairement des problèmes d'accessibilité pour les gens qui ne sont pas véhiculés, c'est pour cela que l'on doit attendre des pouvoirs publics qu'ils opèrent des changements à ce niveau-là.

piste cyclable grise à deux sens avec des inscriptions blanches

Création de pistes cyclables à des endroits judicieux, développement des transports en commun, éducation au vélo au plus jeûne âge, régulation des publicités automobile, incitation financière à l'utilisation des moyens de transports moins polluants...

Il y a des tas de choses à mettre en place.


Et les petits gestes, toujours...

Evitez l’usage des produits à base de solvants (peinture à l’huile, essence, térébenthine, pesticides...), faire attention à ne pas jeter nos objets n'importe comment, débranchez les équipements électriques la nuit... toutes ces choses sont importantes.


Renouveler l’air de la maison est aussi nécessaire pour s’oxygéner, éliminer les odeurs, diminuer l’humidité et la concentration des polluants.

Il faut évidemment éviter de fumer dans des lieux clos, le tabagisme est une grande source de pollution, et il met en danger la santé de toutes celles et ceux qui se trouvent aux alentours.


Il faut aussi faire attention aux produits de nettoyage, on vous conseille vivement de les faire maison, ceux que l'on trouve dans la grande distribution sont plein de polluants qui contaminent votre lieu de vie et diffusent des produits toxiques dans différents écosystèmes lorsqu'ils se retrouvent dans les canalisations.

Ils mettent en plus de cela encore une fois en danger votre santé, santé et pollution sont en effet très liés, nous allons terminer l'article en évoquant cette question.


La pollution, tueuse en série ?

La pollution de l’air est en effet devenue un sujet de santé publique majeur.

On compte environ 100 000 décès en France et près de 9 millions dans le monde liés à la pollution. La prise de conscience dans l’opinion publique se fait de plus en plus grande et c'est une bonne nouvelle, car il faut réellement que l'on agisse.

embouteillage géant dans une rue ensoleillé avec des immeubles

Un durcissement des réglementations est attendue, notamment au niveau des voitures, des systèmes de circulation alternée quand la pollution est très forte ne sont pas suffisants, il faut une vraie transformation de fond.

Quand on parle de décès liés à la pollution, on ne se rend parfois pas bien compte que ce méfait nous rend bien plus vulnérables de manière générale, il favorise les accidents vasculaires cérébraux, les maladies cardiaques, les cancers du poumon...


Il y a encore de nombreuses villes, y compris en France, où les concentrations de particules et d'oxydes d'azote dépassent les normes européennes, les émissions liées au chauffage au bois que l'on évoquait plus haut n'y sont d'ailleurs pas étrangères.

Pour vous protéger de cette pollution, il y a quelques petites choses que vous pouvez faire.


Vous pouvez par exemple éviter au maximum les endroits très fréquentés où il y a beaucoup de passages en voiture, vous pouvez aussi choisir d'éviter les heures de pointe où il y a forcément plus de pollution si vous devez absolument vous y rendre.

Cela vaut même si vous êtes obligé de prendre votre voiture, les gaz d'échappement peuvent se concentrer à l'intérieur d'une voiture.


La concentration de dioxyde d'azote est même cinq à dix fois plus élevée à l'intérieur du véhicule qu'à l'extérieur, une raison de plus pour délaisser la voiture.

Encore une fois donc, enjeux sanitaires et enjeux environnementaux sont liés, pour des raisons évidentes donc, battons-nous pour un monde moins pollué...

1 vue0 commentaire