Le plastique est-il vraiment dangereux ?

Dernière mise à jour : 3 juin


homme sur une plage recouvert d'une bâche de plastique

La pollution des océans, l'impact des déchets (sacs, bouteilles) sur l'environnement, les effets nocifs pour notre santé...

Le plastique a envahi nos vies il y a bien longtemps sans que nous ayons tous les tenants et les aboutissants.

Beaucoup de gens se posent à l'heure actuelle de nombreuses questions qui sont laissées sans réponse sur ce matériau, essayons aujourd'hui d'y voir plus clair ensemble.


Le plastique, ennemi de la planète ?

Le plastique est souvent décrit comme un désastre écologique, mais l'on a parfois du mal à comprendre réellement quels sont les enjeux autour de ce matériau, voyons donc cela ensemble.

Il est devenu le produit phare de notre consommation courante et est présent dans quasiment tout ce que nous consommons : voitures, maisons, vêtements, tuyaux, matelas… mais surtout des emballages.


Pas moins de 45% du plastique qui est produit est utilisé pour la confection d'emballages.

S’il rend de multiples services, il est aussi une véritable source de pollution, dont il faut limiter les effets.

Voici quelques éléments pour bien comprendre le problème du plastique.


Les différentes étapes de fabrication du plastique ont tous des effets néfastes divers.

Commençons d'abord par l’extraction et le transport de matières premières fossiles (pétrole, gaz, charbon) qui ont pour but de fabriquer du plastique.


Durant cette première étape, des substances chimiques et toxiques sont libérées dans l’atmosphère ainsi que dans l’eau et les sols.

Des éléments toxiques que nous allons ensuite retrouver dans notre alimentation ainsi que dans notre eau et l'air que nous respirons comme nous le verrons dans la suite de l'article.

usine qui recrache des nuages de pollution dans un ciel orangé

Passons ensuite à la deuxième étape : la transformation de ces matières premières en plastique.

Des éléments toxiques et cancérigènes sont alors libérés dans l’atmosphère à ce moment-là, en raison des additifs pétrochimiques ajoutés aux polymères vierges.

Ces additifs sont là pour donner ses propriétés au plastique (souplesse, transparence, couleur etc.).


Les problèmes avec la matière plastique s'arrêteraient là si elle n’était pas prédestiné à devenir un déchet directement après sa production.

Comme on l'a déjà dit, la majeure partie de la production de plastique est voué à créer des emballages, ces derniers seront forcément jetés très rapidement puisqu'ils ne sont quasiment pas réutilisables, sans compter les objets plastiques à usages uniques comme les gobelets, qui seront eux jetés immédiatement après avoir été utilisé.


On pourrait croire avec tout ce que l'on entend sur le plastique depuis des années que sa production a commencé à diminuer, il n'en est rien.

Depuis les fameuses années 1950, où le plastique nous a envahi, sa production n’a fait qu’augmenter.


Cette augmentation est même exponentielle depuis le début des années 2000 : +4 % de plastique vierge par an.

Une majorité des plastiques ne sont utilisés qu’une seule fois avant de se transformer en déchets.


La plupart de ces déchets sont alors brûlés, ce qui génère de la pollution à cause de toutes les substances toxiques qui sont dégagés par la suite.

Si ils ne sont pas brûlés, les déchets plastiques mal gérés sont déversés dans les rivières ou jetés sur les plages ce qui conduit à leur présence dans les océans.

tortue en train de manger un sachet plastique dans l'eau

Il y a aujourd'hui un endroit sur Terre un endroit appelé "septième continent" où il y a un amas de plastique tellement impressionnant dans l'océan que cela est comparable à la superficie d'un continent.

Ces déchets se retrouvent alors dans les estomacs de la faune marine, entiers ou sous la forme de microparticules.


Si vous n'êtes pas sensibles au sort des animaux marins, dites-vous que la Méditerranée, par exemple, la plus belle mer de France (j'espère que ceux qui habitent au bord de la manche ne m'en voudront pas) devient peu à peu un nid à plastiques en atteignant des niveaux records de plastiques déversés (200 000 tonnes chaque année).


Il pleut également du plastique dans la région des Pyrénées (oui, oui !!!).

Ces plastiques menacent les espèces marines mais aussi bien d'autres choses dans nos écosystèmes tel que la qualité de l'air ou purement et simplement la santé des êtres humains...


Le plastique, danger pour notre santé

"L'écologie" n'est en réalité pas une espèce de lubie bourgeoise artificielle comme on pourrait le croire mais une philosophie qui est censée nous aider à mieux vivre.

Ainsi, ce qui est bon pour la planète l'est aussi pour nous quoi qu'en disent ceux qui veulent nier la réalité.


Les microplastiques contaminent en effet l’air que nous respirons (Près de 100 000 décès sont à déplorer à cause de la pollution chaque année en France), les aliments que nous mangeons et l’eau que nous buvons.

Selon une étude de l’Université de Newcastle, nous pourrions ingérer environ 5 grammes de plastique chacun chaque semaine.

femme ne se sent pas bien et met la main sur son visage

Cela équivaut environ à la quantité de microplastiques contenue dans une carte de crédit.

Ce chiffre est dû à des analyses d’études préexistantes sur l’ingestion de plastiques présents dans l’air, l’eau et la nourriture.

Ces études reportent la présence de microplastiques dans des produits de consommation courante comme l’eau (principalement celle en bouteille), la bière, les fruits de mer et le sel.


En effet, lorsque vous utilisez du plastique, celui-ci entraîne l’ingestion et l’inhalation de microparticules de plastique et de substances toxiques associées.

Cette ingestion peut être due au dépôt de produits chimiques présents dans le plastique sur les produits alimentaires ou encore à la contamination des eaux.

L’inhalation, elle, est due à un contact direct avec le produit plastique (vêtements, emballages, jouets pour enfants, etc.).


Par ailleurs, des chercheurs ont découvert que les femmes sont particulièrement sensibles aux plastiques.

Cela s'explique déjà par le fait que pour des raisons biologiques, leur corps réagit différemment aux toxines, mais ce n'est pas tout.

Les produits d'hygiène et particulièrement par les protections périodiques sont "souvent contaminés".


Les tampons contiennent jusqu'à 6 % de plastique et ceux avec applicateurs contiennent souvent des phtalates, des composés chimiques dangereux.

Les serviettes peuvent elles être constituées à 90 % de plastique issu du pétrole.

Vous pouvez donc constater que certains plastiques sont plus toxiques que d'autres.


Les plastiques de type 1, 3, 6 et 7 sont les plus dangereux et il y a nécessité d'être vigilant sur les étiquettes pour les éviter à tout prix.

Ils contiennent des perturbateurs endocriniens qui provoquent des dérèglements hormonaux ou encore du styrène, une substance cancérigène.


Le recyclage du plastique, vraiment ?

deux jeunes en train de mettre des bouteilles en plastique à la poubelle

Je vous vois venir, vous vous dites sûrement que vous mettez vos emballages plastiques dans la poubelle jaune et que par conséquent, tout va bien, vos emballages plastiques sont recyclés et ne font pas partie de ceux qui sont brûlés ou dans l'océan.

Ce n'est pas si simple en réalité...


Il n'y a en fait qu'à peine 1/4 des plastiques qui est recyclé actuellement en France.

Cela s'explique en partie par le fait que sur les sept types de plastique existant, un seul, le PET peut vraiment être réutilisé.

Les autres ne le sont pas pour des questions de manque de connaissance technique ou de rentabilité.


La contamination au sein des poubelles destinées au recyclage est un grand défi et le design des objets peut parfois être un obstacle supplémentaire.

Ainsi, le plastique noir, très prisé dans l'industrie agroalimentaire pour des raisons esthétiques, n'est pas reconnu par les trieuses automatiques.

Et la route du recyclage peut s'avérer très longue même pour les plastiques qui sont recyclés.


Selon le réseau d’ONG Ipen, les Etats-Unis ont exporté en 2020 157 000 conteneurs de déchets plastiques mélangés vers des pays en développement.

Les pays européens faisaient de même avant qu'une loi ne l'interdise cette année.

Les pays en voie de développement n'ayant ni les infrastructures ni les moyens pour recycler ses déchets, ils finissent par être déversés dans l'océan.


L'exportation de matières recyclables vers un autre pays très éloigné implique en plus de cela la combustion de quantités importantes de carburant pour le transport, ce qui contribue à la pollution de l'air.

Pour ce qui est du plastique "biodégradable", ce n'est pas beaucoup mieux...

nuages de fumée qui s'échappent d'une usine près d'un champ avec un homme qui marche à côté

Vous auriez pu penser du fait de son intitulé que ce plastique se dégraderait seul simplement en le laissant dans la nature, il n'en est rien.

Il doit être en réalité être envoyé vers une unité de compostage industrielle spécialisée, ce qui restreint grandement le nombre d'emballages plastiques qui sont compostés dans les faits.


Ajoutez à cela le fait que les tests sur le caractère compostable d'une matière ne prennent pas en compte les effets potentiellement toxiques pour le sol et vous comprendrez que les plastiques "biodégradables" ne consistent pas une solution réelle.

Il en va de même pour les plastique "biosourcés" qui ne sont en réalité qu'en partie d'origine biologique, parfois à pas plus de 30%, et qui ne sont pas recyclables.


La bonne chose à faire en terme de recyclage du plastique est donc.... d'en utiliser le moins possible et d'être très vigilant sur le plastique qu'on utilise.

Mais alors quelles sont les solutions pour utiliser moins voire plus du tout de plastique ?


L'avenir entre carton, verre, vrac et minimalisme

La première solution pour utiliser moins de plastique est très simple, il faut moins consommer.

Commençons d'abord par éliminer tous les gadgets inutiles de notre existence, nous avons été façonnés à penser de telle manière que nous ressentons quasiment tout le temps le "besoin" de consommer même des choses qui ne vont pas nous être réellement utiles.


Nous arrivons cependant à un moment critique pour les êtres humains et la planète qui nous abrite où nous avons le devoir de nous faire violence pour changer progressivement nos habitudes de consommation pour ne plus consommer et donc produire tout ce qui nous passe par la tête mais uniquement ce dont nous avons réellement besoin.

Du point de vue de l'alimentaire, bien que cela fasse évidemment partie des choses qui nous sont essentiels, nous devons tout de même repenser notre mode de consommation.

grande table recouverte d'une nappe blanche avec de nombreux mets différents

10 milliards de kilos de nourriture finissent à la poubelle en France chaque année, c'est avant tout un drame humain compte tenu de tous les gens qui ont des difficultés pour se nourrir aux quatre coins du monde y compris dans ce pays.

C'est également un drame environnemental du fait de tout ce que cette production inutile de nourriture a consommé en terme de ressources naturelles précieuses (électricité, eau, carburant...) mais aussi de tout les emballages inutiles qui sont produits.


La plupart de ces emballages étant en plastique, notre manière de consommer y compris pour nous nourrir est réellement problématique et compromet notre présent ainsi que notre futur.

L'alternative numéro 1 au plastique qui nous est présenté est le carton.

L'énorme avantage du carton par rapport au plastique est qu’il est issu d’une ressource renouvelable : le bois.


Le plastique, lui, est constitué de pétrole qui est comme vous le savez pas renouvelable et extrêmement polluant.

Les arbres repoussent en l’espace de quelques années, tout l'inverse du pétrole du pétrole qui a mis plusieurs dizaines de millions d’années à se former.

Un emballage en carton a en plus pour lui l’avantage de se dégrader sans difficulté dans la nature et même de se biodégrader s’il est fait de colle naturelle et d'encre végétale.


Les dizaines d'années que mettent les arbres à repousser ayant tout de même leur importance, il est encore mieux d'utiliser du carton certifié, recyclable ou encore mieux de ne pas utiliser d'emballages du tout comme on va le voir tout de suite.

Vous vous dites probablement que les emballages ont totalement envahi et que même en essayant de toutes vos forces, une vie sans emballage est impossible, détrompez-vous !


De nombreuses personnes vivent aujourd'hui un mode de vie "zéro déchet" et même si vous ne cherchez pas à atteindre ce point ou en tout cas pas tout de suite, le simple fait que cela existe doit vous pousser à repenser vos habitudes de consommation.

Ce mode de vie est en outre rendu possible par l'achat de produits en vrac, sans emballage en utilisant des boîtes et des étuis réutilisables à l'infini.


Cette carte des magasins qui pratiquent la vente en vrac peut vous aider à trouver comment vous allez vers vos courses de cette manière près de chez vous, vous pouvez acheter tous vos biens de consommation libéré de tout emballage.

Vous l'aurez compris, le plastique a envahi nos vies mais il est possible de s'en débarrasser.

C'est tout pour aujourd'hui, prenez soin de vous et des autres !!!

12 vues0 commentaire