Que faire (chez l'enfant et l'adulte) contre l'alimentation compulsive ?

Dernière mise à jour : 12 oct.


femme avec des lunettes et une queue de cheval mange un hamburger

Les troubles du comportement alimentaire (boulimie, anorexie...) agissent sur les émotions des personnes pour les pousser à manger.

Sans aide, il est difficile d'en sortir, et il en va de même pour l'alimentation compulsive.


Ce trouble du comportement alimentaire qui consiste à manger sans pouvoir s'arrêter sur une période de temps donnée touche de plus en plus de gens en France et dans le monde, il était donc légitime que nous vous donnions quelques pistes pour vous en sortir aujourd'hui si vous ou certains de vos proches sont touchés.


Qu'est-ce que l'alimentation compulsive ?

On pense parfois que la compulsion alimentaire (aussi appelée "binge eating", en écho au binge drinking) consiste à un simple excès de table qui peut arriver à tout le monde de temps mais cela va beaucoup plus loin.

Cela se caractérise précisément par l’ingestion excessive d’aliments en peu de temps (2 heures ou moins), même sans avoir faim.


Il y a à ce moment là un sentiment de perte de contrôle, les personnes qui vivent ce genre de crises ont l'impression étrange de ne pas pouvoir s'arrêter.

Elles mangent souvent seul et en cachette à cause de la honte qu'elles peuvent ressentir si des gens les voient dans cette situation.

La crise s'arrête une fois que la personne finit par se sentir rassasiée ou que son corps ne peut vraiment plus supporter l'ingestion de nourriture.


D'après le DSMIV (manuel des maladies psychiatriques USA), ce genre de crises doit arriver au moins deux fois par semaine pour que l'on considère que la personne souffre réellement d'alimentation compulsive.

Lorsque ces crises se renouvellent plus de deux fois par semaine, on parle alors d’hyperphagie boulimique.

jeune homme roux avec une chemise en train de manger une pizza

Ce trouble est comparable à la boulimie classique, à la différence qu'il n'y a pas de vomissements.

La compulsion alimentaire est vue par beaucoup de spécialistes comme la forme la plus grave de faim émotionnelle car les gens qui en souffrent mangent réellement pour combler une détresse émotionnelle.


Il ne s’agit pas d’un manque de "volonté", ou de discipline, ce trouble relève réellement du domaine de l'irrationnelle, les personnes qui en souffrent souffrent de manière générale d'un mal bien plus profond dans leur vie personnelle.

Les problèmes liés à l’image que l'on a de soi-même physiquement et la difficulté à gérer les problèmes émotionnels sont souvent des déclencheurs de ce genre de troubles du comportement alimentaire.


Les personnes qui souffrent de ce type de troubles sont également parfois très anxieuses, voire dépressives et/ou ont de nombreuses phobies.

Ce trouble est évidemment destructeur pour les personnes qui vivent avec, il entraîne des prises de poids impressionnantes (pouvant aller jusqu'à l'obésité...), détruit encore plus la confiance en soi, met votre santé en danger...


C'est pour cela qu'il faut le traiter dès qu'il est détecté.

Et cela concerne une grande partie de la population, adultes comme enfants, on estime qu'environ 10% de la population serait touché, un chiffre qui est peut-être plus élevé car certaines personnes gardent cela caché sans en parler à personne.


Comme la plupart des troubles alimentaires, l'alimentation compulsive touche davantage les femmes que les hommes, cela est dû au fait que la pression sociale concernant leur apparence est plus forte que celle que subissent les hommes.


Que penser des régimes ?

femme habillée en gris mange une salade saine avec une fourchette

On va être clair tout de suite : les régimes sont les meilleures amis des troubles du comportement alimentaire.

La plupart des gens qui souffrent d'alimentation compulsive se sont d'ailleurs mis à en souffrir à la suite d'un régime.

La plupart des régimes à la mode sont malsains et néfastes en plus d'être inefficaces à long terme.


Ils entraînent souvent des carences car ils se concentrent sur certains types d'aliments et en bannissent d'autres.

Encore plus grave, les régimes font rentrer les personnes qui les pratiquent dans une logique de privation, elles prennent donc l'habitude de se punir avec la nourriture et développent une relation nocive avec leur alimentation.


De nombreuses études ont par exemple démontré que les régimes restrictifs, comme le fasting qui consiste à jeûner tous les jours sur la durée peuvent très facilement déclencher des épisodes boulimiques.

Au-delà des des régimes restrictifs, le simple fait de diminuer grandement son apport calorique pour perdre du poids rapidement est dangereux, il faut apprendre à manger de manière variée et équilibrée dans des proportions suffisantes.


Si vous évitez de manger certains aliments dans le but de perdre du poids, votre corps risque de réagir en augmentant votre appétit pour que ayez davantage envie de manger.

C'est un mécanisme de défense qu'il est quasiment impossible de contourner.

Les aliments dont on s'est privé sont par la suite vus comme des "récompenses" ou du "confort" puisque l'on en a été privé et ils sont consommés en excès lorsque nous ne sommes pas bien ou qu'il y a quelque chose qui nous bouleverse.

Jeune fille en train de manger une salade dans une pièce lumineuse

Faire un régime pour essayer de sortir de l'alimentation compulsive est donc la pire idée possible.

Il faut prendre le temps de se remettre à s'alimenter normalement comme on va le voir tout de suite.


L'importance d'avoir une alimentation variée et équilibrée à long terme

Vous l'aurez compris, les compulsions alimentaires ne peuvent être combattus qu'en prenant des repas équilibrés et complets de manière régulière.

Le fait de respecter la règle des trois repas par jour est très important dans cette situation, une étude a en effet montré que le fait de faire un seul gros repas par jour augmente la glycémie et la sécrétion d’une hormone qui stimule la faim.

Il ne s'agit donc pas seulement de bien choisir ce que l'on mange mais aussi de le manger au bon moment, vous pouvez même ajouter des collations avec des fruits si vous en ressentez le besoin.

Pour ce qui est des aliments à choisir, vous savez déjà ce qu'il vaut mieux manger si vous lisez souvent des articles sur ce site.


Pour se sentir rassasié, sans grossir, il faut privilégier les glucides lents et les fibres.

On trouve ces nutriments dans les fruits et légumes, dans les céréales complètes (ou semi-complètes), les légumineuses et aussi les graines que l'on oublie parfois mais qui peuvent être utiles dans vos préparation ou en collation quand vous avez un petit creux.


Les fibres sont particulièrement importantes, des travaux de recherche suggèrent qu’une augmentation de l’apport en fibres pourrait réduire les fringales et donc les compulsions alimentaires.

Ne passez donc pas votre tour sur les céréales complètes et les légumineuses, éloignez-vous un petit peu des féculents classiques, il faut savoir varier les plaisirs. ;)

salade de quinoa dans une assiette ronde sur une table blanche

N'hésitez d'ailleurs pas à vous faire plaisir en cuisine, en prenant le temps de cuisiner des bons plats avec beaucoup de goût que vous apprécierez, votre transition alimentaire ne sera que plus facile.


Les personnes qui souffrent de compulsion alimentaire mangent souvent des aliments industriels néfastes, reprendre le temps de cuisiner des bons plats maison instaure donc un vrai changement qui peut s'avérer payant.

De plus, la cuisine pourrait devenir un nouveau centre d'intérêt source d'épanouissement, il est important d'avoir ce genre de choses dans le rétablissement comme on le verra par la suite.


En dehors de cela, on se répète, mais le fait d'avoir une routine de repas qui se répète est vraiment important, cela vous permet d'avoir un équilibre, et vous et votre corps sont rassurés quand vous avez faim, vous savez quand est-ce que vous allez vous restaurer, vous avez des repères.


Vous pouvez d'ailleurs prévoir vos repas sur plusieurs jours pour avoir une meilleure visibilité.

Si vous savez ce que vous allez manger à l'avance, vous avancez sereinement, il n'y a pas de mauvaises surprises et vous avez le temps de préparer vos repas pour anticiper d'éventuels moments de faiblesse.

Vous pouvez même vous mettre au batch cooking !


C'est un mode d'organisation très pratique qui consiste à préparer tous vos repas de la semaine d'un coup quand vous avez le temps (ex : le week-end) puis vous les congelez et vous les ressortez au fur et à mesure tout au long de la semaine.

Cela est très pratique car vous gagnez du temps la semaine puisque vous ne cuisinez pas mais cela vous permet aussi de bien préparer tous vos repas et de ne pas être pris au dépourvu.

fillette blonde aux yeux bleus pousse un caddie dans un supermarché

Avant cela, la tentation peut aussi venir pendant que vous faites les courses, pour éviter tout écart à ce moment là, prenez le temps de préparer soigneusement vos listes de courses.

Mettez-y les aliments qui vous plaisent et qui vous permettront de faire des repas équilibrés et restez-là dessus, il faut de la force pour s'y tenir mais c'est très important.


Pour vous faciliter la tâche, éloignez vous des supermarchés qui vous mettent en grand des promos de produits qui sont nocifs et qui vous font replonger dans des cercles vicieux.

Privilégiez les marchés, les AMAP, les fermes, les petits commerces... il y a énormément d'alternatives.

Mais tout cela ne suffit pas, les compulsions alimentaires sont liées aux émotions, il y a donc une grande dimension psychologique à ne pas négliger.


Se blinder mentalement

Il faut réapprendre à aimer son corps et à l'écouter pour sortir de cette situation.

Comme on l'a dit plus haut, les compulsions alimentaires suivent souvent des périodes de privation, c'est donc deux périodes de meurtrissures différentes pour le corps dont il faut se remettre, cela demande un vrai effort mental.

Pour cela, il y a différentes choses qui peuvent aider, la méditation ou le yoga en font par exemple partie.


Il y a aussi une part d'analyse qui peut être intéressante, tenir un journal des prises alimentaires et des humeurs qui y sont associées peut vous aider à identifier les déclencheurs émotionnels et alimentaires potentiels des compulsions alimentaires, ou à l'inverse, les contextes qui favorisent votre bien-être.

En vous connaissant mieux et en connaissant mieux votre corps, vous ne vous en sortirez que plus facilement.

jeune femme souriante dans sa cuisine avec des aliments sains sur la table

Faites aussi l'effort de rester concentré lorsque vous mangez, en se laissant distraire par la télé, on reste dans cette dynamique où l'on avale des choses sans vraiment réfléchir, prendre le temps de bien assimiler ce que l'on mange est important, c'est une activité qui mérite toute notre attention.

Restez toutefois détendu, si vous avez bien préparé vos repas, vous pouvez manger à votre faim sans culpabilité et quitter la table en étant satisfait.


Malgré tout cela, il peut être difficile de vous en sortir seul si cette situation dure depuis un certain temps. Avoir de la force mentale, c'est aussi admettre que l'on a parfois besoin d'aide.

Il est donc conseillé de consulter une équipe médicale composée d'un médecin psychiatre et éventuellement d’un psychologue ou d’un nutritionniste selon la source du problème qu'aura identifié le psychiatre.


Un rendez-vous avec votre médecin généraliste au préalable est judicieux car il pourra vérifier que votre état de santé ne s'est pas trop dégradé et il pourra vous orienter vers des spécialistes qualifiés.


Ne pas négliger les autres aspects que l'alimentation

Et oui, votre alimentation est votre subsistance de base et elle est donc liée à bien d'autres choses dans votre vie.

Première chose importante, boire ses 1,5 l d'eau journaliers.

3 français sur 4 ne boivent pas assez et les conséquences se font ressentir.


Au niveau des compulsions alimentaires, boire est très important car cela vous permet de savoir si vous avez réellement fin ou non.

Si vous n'avez pas réellement faim, le fait de boire un verre d'eau coupera la sensation de faim et vous pourrez attendre sereinement le prochain repas, sinon, vous pouvez prendre une collation saine comme des fruits secs.

jeune femme en train de dormir dans des draps blancs

Ensuite, il faut aussi faire attention à votre sommeil.

Sommeil et alimentation sont en effet intimement liés, lorsque l'on manque de sommeil, cela entraîne une diminution de l’hormone de satiété, la leptine, et une augmentation de la ghréline, une hormone qui stimule l’appétit, autrement dit, vous mangerez plus si vous dormez moins.


Des études ont montré qu'un mauvais sommeil est l'un des facteurs les plus importants d'obésité.

Il augmente de 89% le risque d'obésité chez les enfants et de 55% chez les adultes.

Enfin, puisque ce trouble a un grand aspect mental, n'hésitez pas à trouver de nouvelles activités qui vous procurent du plaisir, sans lien avec la nourriture.


C’est un excellent moyen de réduire l’envie de nourriture “récompense” ainsi que les symptômes d’anxiété puisque vous retrouvez votre "récompense" dans autre chose.

Sport, activités culturelles, bénévolat... il y a plein d'options possibles qui vous permettent de vous épanouir autrement qu'avec la nourriture.


Le yoga dont on parlait plus haut peut s'avérer très efficace des études scientifiques sérieuses l'ont prouvé.

Si ce n'est pas votre truc, pas de panique, l'idée est simplement de trouver une activité pour vous changer les idées et passer à autre chose.


Et qu'en est-il des médicaments ?

Vous y avez sûrement pensé, mais si vous consultez des médecins, ils vous expliqueront sûrement que c'est une mauvaise idée.

Les antidépresseur ne règlent pas le problème de fond et peuvent vous conduire à une autre forme de dépendance.


Il existe ensuite aux États-Unis des médicaments "anti obésité" mais ils sont peu efficaces à long terme et les effets secondaires sont dramatiques (troubles psychiatriques, problèmes de cœur...).


Vous en savez donc autant que moi sur les compulsions alimentaires, prenez soin de vous et des autres !!!

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout