Quelle est la définition d'une consommation socialement responsable ?


deux ouvriers portent des gilets jaunes pour leur travail

"Tu dois mieux connaître les produits que tu achètes".

A l'ère des réseaux où nous sommes assommés de chiffres, (x personnes licenciées ici, x personnes exploitées là-bas...), nous sommes de plus en plus nombreux à nous dire que notre consommation doit changer et à vouloir donner à cette dernière une dimension sociale.

Cependant, on ne sait parfois pas par où commencer, c'est pour cela que nous allons essayer de vous aiguiller aujourd'hui...

Situation actuelle

Les consommateurs étant de plus en plus alertes sur les questions sociales et environnementales, de plus en plus de marques communiquent sur des produits "responsables".

Il y a bien sûr beaucoup de social washing et de greenwashing là dedans, si vous ne pouvez facilement suivre pas à pas le cycle de vie des produits avant qu'ils n'arrivent jusqu'à vous, c'est en général qu'il y a un problème.


Il y a de très nombreuses choses à prendre en compte pour considérer un produit comme socialement responsable.

La rémunération des employés et les conditions de travail sont bien sûr à évaluer mais aussi le message que veut envoyer l'entreprise, la manière dont sont redistribués les bénéfices...


Il y a ainsi de plus en plus d'entreprises qui s'inscrivent dans une démarche sincère pour respecter tous ces principes et proposer à leur clientèle des produits tout aussi qualitatifs que ceux que proposent leurs concurrents.

Il n'y a la plupart du temps pas de compromis à faire au niveau de la qualité pour des questions de conscience sociale, il serait sinon difficile pour ce marché de pouvoir exister.

femme en train de passer à la caisse dans un magasin de bien être

On peut en effet dire aujourd'hui que la consommation responsable devient un marché à part entière.

Il y a des mouvements de groupe de consommateurs qui dénoncent les mauvaises pratiques, des applications mobiles qui détaillent les pratiques des différentes entreprises pour que nous puissions tous avoir une consommation éclairée, les choses sont vraiment en mouvement.


Doit-on payer plus cher ?

C'est l'argument qui revient le plus souvent lorsque l'on parle de consommation responsable, cela coûterait "cher".

Pourtant, nombreuses sont les marques qui vendent des produits extrêmement chers alors que leurs produits sont responsables de drames sociaux.


L'industrie du luxe est par exemple souvent pointé du doigt, il n'y a aucune communication sur les conditions de fabrication et les marques ne prennent aucun engagement pour faire réellement avancer les choses au niveau des conditions de vie des travailleurs.

On peut aussi évoquer les grandes entreprises d'appareils électroniques, les métaux extraits pour la fabrication de ces appareils sont souvent au cœur de conflits et même de guerre, des enfant sont employés pour l'extraction de ces matières premières, des femmes sont violées dans ces guerres pour semer la terreur...


Une fois ces métaux extraits, ils sont envoyés en Asie où ils sont assemblés dans des usines qui ne sont pas toujours conformes aux normes de sécurité et où des employés (parfois mineurs) sont sous-payés.

Pourtant, une fois arrivé dans les magasins, avec une bonne dose de marketing et de communication, ces produits sont vendus à des prix exorbitants (70% de marge en moyenne pour les plus gros smartphones).

homme regarde le cours de la bourse sur son smartphone

Preuve que prix élevé ne veut pas forcément dire consommation responsable.

A l'inverse, il y a des entreprises qui mettent en place des initiatives solidaires, qui participent à l'inclusion des personnes handicapées ou qui vendent des produits issus du commerce équitable et qui arrivent à maîtriser les coûts et à proposer des prix intéressants à leurs clients, quitte à réduire leur marge.


Une fois que l'on a dit cela, il est vrai que oui, consommer responsable coûte parfois un peu plus cher.

Entre un aliment bio produit en France et un aliment produit dans un pays en voie de développement où les paysans n'arrivent la plupart du temps pas à se payer, le plus cher sera souvent le premier.


De même entre un t-shirt d'une marque de fast-fashion, produit dans des conditions qui mettent en danger les personnes employées et un t-shirt provenant d'une marque de mode qui essaye de faire les choses bien et qui fait attention à la manière dont sont produits ces vêtements, il y aura souvent une différence de prix.


Toutefois, cela n'est pas vraiment un frein si l'on a compris les enjeux sociaux et environnementaux auxquels nous devons faire face.

Consommer de manière responsable est de toute façon mieux pour vous, manger bio est meilleur pour la santé, un t-shirt de qualité vaut mieux qu'un t-shirt de fast-fashion que l'on jette au bout de deux mois...


Enfin, la situation environnementale critique dans laquelle nous sommes nous pousse également à avoir une consommation plus responsable


Peut-on vraiment dissocier social et environnemental ?

groupe de personnes en train de fabriquer une maison pour des poules

Soyons clair, la réponse est non, comme on vient de l'expliquer l'un des principaux leviers de la consommation responsable est l'engagement environnemental, les deux sont intimement liés.

De plus, les produits qui ont un impact environnemental négatif ont quasiment toujours un impact social négatif.


Quand un produit nécessite de la déforestation pour être produit, les populations qui vivent dans ou autour de ces forêts en souffrent.

Quand un produit nécessite l'utilisation de nombreux polluants et/ou pesticides, les employés et les populations qui vivent à côté des zones de production en souffrent (eau contaminée, inhalation de produits toxiques...).


Il y a aujourd'hui des cancers qui sont beaucoup plus répandus dans les zones agricoles à cause de l'utilisation des pesticides en agriculture conventionnelle, on pourrait citer des exemples comme cela encore longtemps.

Enfin, les questions sociales et environnementales sont indissociables car le réchauffement climatique mettra à mal toutes les sociétés si nous ne faisons rien.


Selon les estimations, des centaines de millions de personnes pourraient avoir du mal à se nourrir et il devrait y avoir 143 millions de réfugiés climatiques en 2050 (quasiment deux fois plus que le nombre de réfugiés au total aujourd'hui), on vous laisse imaginer les conséquences sociales.


La consommation, un vote ?

Certains définissent la consommation socialement responsable comme "un vote par l’argent".

On ne peut en effet pas nier que les frontières entre politique et business sont de plus en plus floues.

pancarte our future is in your hands dans une manifestation

Les entreprises sont engagés sur de plus en plus de sujets sociaux et plus ces entreprises ont du succès, plus la portée de leur message est grande.

Ce sont donc bien les consommateurs qui font bouger les lignes, si tout le monde exige des produits "éthiques", alors les entreprises n'ont pas d'autre choix que de donner aux clients ce qu'ils veulent, l'offre suit la demande.


C'est comme cela que des filières comme la filière bio ou la filière commerce équitable ont réussi à se faire une place alors que ces produits sont en général plus chers que des produits qui ne sont pas labellisés.

Il y a des tas d'exemples de boycotts et de manifestations qui ont poussé les entreprises à changer leurs pratiques et donc à avoir un impact social plus positif, il n'y aucun doute sur le fait que notre consommation peut faire évoluer les choses.


A contrario, si nous continuons à acheter tous nos produits sur Amazon parce qu'ils "livrent plus vite" alors que l'on sait aujourd'hui tous que les conditions de travail de leurs employés ne sont pas bonnes et que leur impact sur l'environnement est très négatif, nous allons continuer à rendre toujours plus riches des entreprises (et des individus, en l'occurrence) qui n'œuvrent pas du tout pour le bien commun.


Les choses ne semblent toutefois pas aller dans ce sens, un récent sondage a révélé que 90% des français attendent des marques qu'elles s'engagent pour les aider à mieux consommer.

Ces chiffres sont toutefois à relativiser, des gens peuvent avoir l’intention de mieux consommer sans sans vraiment faire d'efforts pour changer leurs habitudes.


Il y a aussi parfois une envie de se faire bien voir dans ce type de sondages, des gens peuvent répondre de cette manière sans vraiment en être convaincu pour être du "bon côté".

C'est pour cela qu'on peut encore observer entre les intentions de tout un chacun et nos agissements (on appelle cela la dissonance cognitive).

femme avec un pull gris hésite entre un donut et une pomme

Il y a donc encore un décalage à combler, les gens veulent consommer de manière responsable mais n'ont pas accès à l'information et ne savent pas vraiment comment s'y retrouver avec toutes les fausses promesses des différentes entreprises.

Les marques qui essayent de faire les choses bien manquent aussi parfois de visibilité par rapport aux grands groupes qui sont très connus et qui ont accès à tous les moyens de communication.


C'est pour cela qu'il ne faut pas hésiter à faire circuler l'information et à mettre en valeur les jeunes marques engagées, les clients font partie intégrante du succès d'une marque et vous pouvez facilement aider une marque qui a des projets qui vous plaisent en en parlant autour de vous.


Les entreprises peuvent-elles inciter les consommateurs à acheter éthique ?

On parle depuis le début de l'article des choses que peuvent faire les consommateurs, il ne faut pas oublier la responsabilité des entreprises.

Il y a d'ailleurs aujourd'hui un véritable domaine appelé responsabilité sociale des entreprises (RSE), cela fait partie intégrante de leur rôle.


Et si ces entreprises font correctement leur travail, mettent du cœur à l'ouvrage, agissent dans le but d'avoir un réel impact et pas seulement d'inclure cela dans leur stratégie marketing, elles peuvent influencer les consommateurs.

En prenant le temps d'expliquer les choses (comme on le fait ici), de montrer les intérêts de la consommation bio, de la consommation locale, du commerce équitable, le consommateur comprend pourquoi il achète et quel impact cela a.

réunion de travail dans une salle lumineuse autour d'une table

En plus de fidéliser les clients qui sont heureux de pouvoir avoir un impact positif, cela crée des citoyens et des consommateurs plus informés, ce qui fait avancer la société.

L'information sur les produits que l'entreprise vend est donc primordial, il faut se méfier des entreprises qui mettent en avant des initiatives extérieur à leur organisation lorsqu'elles veulent vous faire acheter.


On vous a forcément déjà proposer de faire un don à une association pendant que vous achetez un produit.

Ces initiatives sont louables mais si cela ne s'accompagne pas de vrais efforts au quotidien dans l'entreprise. Si une marque vend des produits emballés dans des emballages et des suremballages en plastique, est-elle vraiment honnête lorsqu'elle vous propose de faire un don pour la préservation des océans ?

On peut davantage penser que cela fait partie de sa stratégie marketing et qu'elle cherche à fidéliser le client en feignant d'être engagé.

Conclusion

La consommation responsable doit être celle du futur même si il faut un peu de temps pour que les choses se mettent en place.

Il est très important d'initier les jeunes générations à l'impact que peut avoir leur consommation dès le plus jeune âge.

mère course ses enfants dans un jardin d'herbe pour jouer

Il est en effet plus facile d'acquérir des connaissances pendant l'enfance, si on apprend à un enfant les bonnes habitudes, il ne les perdra jamais.

Cela permettra en plus de créer des adultes qui seront plus innovants, plus impliqués socialement, qui accorderont plus d'importance au fait d'avoir un impact positif.


Au-delà de tout ce qu'on a pu dire, mieux consommer n'est pas la chose la plus importante pour avoir un impact positif, il est encore plus important de moins consommer.

Les modes de consommation que nous avons actuellement ne sont pas soutenables d'un point de vue environnementale et social, il est obligatoire que l'on ralentisse.


Consommer mieux et consommer moins, donc.

Pour aller plus loin, on peut aussi dire qu'il est important de faire attention à la manière dont on jette les objets que l'on a utilisé.

Il y aujourd'hui des solutions de recyclage pour quasiment tous les objets que l'on utilise, on ne peut plus mettre en danger notre santé et dégrader l'environnement en jetant nos objets n'importe comment.

C'est tout pour aujourd'hui, prenez soin de vous et des autres !!!

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout